paracha behar be’houkotaï UNE ETUDE 9 MIN

Lévitique 25, 1 – 27, 34

Sur le Mont Sinaï, D.ieu donne à Moïse les lois relatives à l’année sabbatique. Tous les sept ans, tous les travaux agricoles devront cesser dans le pays et les produits spontanés de la terre seront laissés à la libre disposition des hommes et des animaux.

La promesse est donnée que la récolte de la sixième année produira l’équivalent des trois récoltes et subviendra ainsi aux besoins de trois années : la sixième, la septième et la huitième.

Sept de ces cycles sabbatiques aboutissent à la cinquantième année : l’année du Jubilé durant laquelle on ne travaille pas non plus la terre, ceux d’entre le peuple qui se seraient vendus comme esclaves sont libérés et toutes les propriétés foncières ancestrales reviennent à leur propriétaire d’origine.

La paracha de Behar contient d’autres commandements relatifs à la propriété foncière et les interdits concernant l’escroquerie et l’usure.

DVAR TORAH Paracha Béhar Bé’houkotaï 18 MIN

Be’houkotaï|בחוקותי

D.ieu promet aux enfants d’Israël que s’ils veillent au respect de Ses Commandements, ils connaîtront la prospérité matérielle et demeureront en sécurité dans leur pays. Mais Il exprime aussi une mise en garde : l’exil, la persécution et d’autres plaies les frapperaient s’ils abandonnaient leur alliance avec Lui.

 Mais cependant, « Même alors, quand ils se retrouveront relégués au pays de leurs ennemis, Je ne les aurais point dédaignés, ni repoussés au point de les anéantir ; car Je suis l’E-ternel, leur D.ieu . Et Je me rappellerai en leur faveur le pacte des aïeux. »

La paracha se poursuit par l’énoncé des règles de calcul du montant financier de certaines offrandes votives comme, par exemple, lorsque l’on consacre la valeur d’un terrain à D.ieu.

Bé’houkotaï conclut le troisième livre de la Torah, Vayikra, le Lévitique.

La Torah comporte, selon la tradition rabbinique, 613 prescriptions. Différents sages ont tenté d’en établir un relevé dans le texte biblique.

Selon l’un de ces computs les plus célèbres, le Sefer HaHinoukh, il y a 7 prescriptions positives et 5 négatives dans cette parasha

  • Lorsqu’une personne fait un vœu estimatif sur sa valeur, il faut estimer cette valeur de la façon déterminée par la Torah (Lv 27,2.)
  • Il est interdit de remplacer par une autre une bête consacrée pour un sacrifice (Lv 27,10.)
  • Lorsqu’un animal désigné pour l’autel a été remplacé par un autre, les eux doivent être consacrés (Lv 27,10.)
  • Il faut estimer la valeur d’une bête consacrée (Lv 27,12–13.)
  • Il faut estimer la valeur d’une maison consacrée par son propriétaire (Lv 27,14.)
  • Il faut estimer la valeur d’un champ consacré par son propriétaire (Lv 27,16.)
  • Il est interdit de changer la nature d’une offrande (Lv 27,26.)
  • Les biens sur lesquels le propriétaire a prononcé l’anathème (herem) doivent être donnés aux cohanim (Lv 27,28.)
  • Il est interdit de vendre un terrain déclaré ‘herem (Lv 27,28.)
  • Il est interdit de racheter une propriété déclarée ‘herem (Lv 27,28.)
  • La dîme du bétail doit être prélevée chaque année (Lv 27,32.)
  • Il est interdit de vendre ou racheter la dîme du bétail (Lv 27,33.)
La Paracha Behar-Be’houkotaï pour les Enfants

DVAR TORAH EXPRESS

Dans la paracha de cette semaine, il est écrit dans le chapitre 26 – verset 6 :
« ְוָנַת ִתּי ָשׁלוֹם ָבּ ָאֶרץ וּ ְשַׁכ ְבֶתּם ְוֵאין ַמֲחִריד »
« Je ferai régner la paix dans le pays, et nul ni troublera votre repos »
Et le Ketav Sofer d’interpréter ce verset selon le commentaire de Rabbi Moshé
Alchlikh (le fameux « Alchlikh Akadoch », élève émérite du Ari zal) au sujet
des paroles du roi Chlomo déclarant dans son célèbre livre « kohélet »
(l’ecclésiaste 5-11): « Doux est le sommeil du travailleur (laboureur), qu’il
mange peu ou prou ; tandis que la satiété ne laisse pas dormir le riche. »
Le pauvre (travaillant péniblement pour assurer un minimum de subsistance à sa
famille) dort d’un sommeil serein (selon l’adage populaire, son repos porte le
nom de « ישרים שנת » : « le sommeil des hommes droits » Ayant gagnés
honnêtement leur modeste pitance), que ce dernier ait mangé peu ou beaucoup.
A contrario, le riche ne parvient pas à dormir ; en effet, un soucis majeur le
perturbe et ne lui permet pas de trouver le sommeil.
Qu’est-ce qui peut bien rendre soucieux et tourmenté cet homme qui jouit
pourtant d’une belle situation matérielle ?
Réponse : le fait que son voisin de palier réussit brillamment dans ses affaires, et
qu’il demeure par conséquent beaucoup plus fortuné que lui !
C’est donc l’opulence de ce dernier, générant en lui une terrible jalousie, qui
l’empêche de trouver le repos et le sommeil pourtant si salutaires à sa santé.
Ainsi, selon ces propos précités, le Ketav Sofer explique la bénédiction
mentionnée par la Torah dans notre paracha: « רץֶא ָבּ ָשׁלוֹם ָתּי ִתַנָו » :« ְJe ferai régner
la paix dans le pays ».
Autrement dit : lorsque les Béné Israël se conduiront selon mes lois (gardant et
exécutant tous mes préceptes), leur permettant ainsi de soigner et améliorer leurs
traits de caractère (extirpant ainsi de leur cœur les 3 mauvais défauts faisant
sortir l’homme de ce monde : « la jalousie, la recherche des plaisirs d’ordre
matériel et celle des honneurs »), la paix sera enfin restaurée dans le monde, si
ne rien et, tranquillement dormir pourrez Vous »: « וּ ְשַׁכ ְבֶתּם ְוֵאין ַמֲחִריד » : que bien
pourra alors troubler votre repos (car vous aurez enfin intégrer parfaitement dans
votre cœur, que le véritable homme riche est celui qui se satisfait de la part
matériel qu’Hachem lui a accordé).

Ecrit par Yaakov Guetta

 © www.Groupe-Softlogic.fr   Cyber Security  & Intelligence Services